France : pour Bruno Le Maire, nous sommes en guerre et il faut réinventer l’Europe

« Il ne faut pas se le cacher, nous sommes en guerre : en guerre économique, en guerre financière, en guerre contre l’endettement des États pour retrouver la souveraineté des États européens« … C’est ce qu’à déclaré en substance ce dimanche 13 octobre, Bruno Le Maire, le ministre de l’Agriculture lors du Grand rendez-vous « Europe 1-iTélé-Le Parisien Aujourd’hui en France ».

Selon le ministre, le volontarisme politique est la seule solution à crise actuelle : « La volonté peut changer les choses, la politique peut changer les choses. J’essaye de convaincre et j’essaye de rassembler… C’est une première dans l’histoire européenne : les marchés décident de ce qui est bon et de ce qui n’est pas bon. La force des marchés vient de notre incapacité, depuis des années, à régler le problème de la dette. Si nous sortons de l’endettement des États, nous arriverons à reprendre la main sur les marchés » a affirmé avec force Bruno Le Maire.

Et d’ajouter : « En France il y a ceux qui ont compris cet enjeu-là, c’est le président de la République, c’est cette majorité … et puis il y a ceux qui continuent à penser qu’on peut dépenser toujours plus, alourdir la charge publique et qu’on continuera à s’en sortir comme cela« …

Bruno Le Maire n’a pas épargné François Hollande, le candidat socialiste à la présidentielle qui selon lui serait résigne à la défaite face à la crise : « Dans une guerre, il faut choisir son camp. Soit on est du côté de ceux qui se battent matin, midi et soir pour rétablir l’équilibre des finances publiques…, soit on fait le jeu de la spéculation, on est défaitiste, on fait comme François Hollande« . Combatif et déterminé, il assène : « La politique, pour moi, ce n’est pas se lever le matin, faire un petit discours devant je ne sais quel média, journal ou radio pour dire que tout est foutu. En ces temps de crise, il faut se battre« .

Face à la grave crise actuelle, point de salut aux yeux de Bruno Le Maire, hors le volontarisme politique et le renforcement de l’Union européenne. « Aucun Etat en Europe ne peut espérer s’en sortir seul. Nous sommes tous liés les uns aux autres, nous sommes tous solidaires« , a-t-il rappelé, en indiquant : « Ce qui se passe en Grèce, ce qui se passe en Italie a une incidence directe sur la vie quotidienne des Espagnols, des Allemands ou des Français. Par conséquent, nos décisions doivent être prises de manière collective« .

« L’Europe doit changer : le dogme qui consiste à dire que la concurrence est l’alpha et l’omega de l’Europe, cela ne marche pas« . Pour Bruno Le Maire, la force du couple franco-allemand est déterminant pour réinventer l’Europe, affirmant : « Aujourd’hui, les deux responsables politiques qui donnent le tempo à la vie politique européenne, ce sont Nicolas Sarkozy et Angela Merkel et permettez moi de dire qu’ils le font bien« .

Voilà des déclarations déterminées d’un européen convaincu qui rappelle une fois de plus que seule l’Europe est la solution à nos problèmes, une Europe qu’il faut reconstruire et adapter aux défis d’aujourd’hui. Ces propos ont le mérite d’affirmer qu’il n’y a aucune issue dans l’isolationnisme, le nationalisme et le repli sur soi. L’avenir est à une convergence des politiques menées par les pays de l’Union afin de construire ensemble une Europe fédérale dotée d’un budget propre et d’une gouvernance unique. En cette période critique, il y a urgence à réduire la dette, qui par laxisme et facilité, à conduit certains Etats du sud de l’Europe dans l’impasse d’aujourd’hui.

On aimerait que le candidat socialiste à la présidentielle ait le courage d’affirmer haut et fort qu’il faudra aller beaucoup plus loin dans l’austérité et les coupes budgétaires pour rétablir durablement les finances publiques françaises. Par delà la droite et la gauche, les électeurs doivent savoir que pour sortir de cette crise profonde et préserver l’avenir, la France n’a aujourd’hui d’autres choix que d’accentuer la réforme de l’Etat. C’est vital pour la France et pour l’avenir de l’Union européenne. Pour ce faire, elle doit conduire une politique de rigueur budgétaire qui passe nécessairement par la maitrise du coût de l’Etat et donc une réduction globale des effectifs de la fonction publique en général. Le retour à la croissance et à la reprise de l’emploi tant attendus sont à ce prix.

La France doit en finir pour de bon avec les archaïsmes de toute sorte.

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :