Présidentielle 2012 : l’UMP attaque le projet socialiste

Après plus de deux mois de campagne pour la primaire socialiste qui a occupé la une des médias français, sans surprise, François Hollande a été désigné par les sympathisants socialistes comme le candidat officiel à l’élection présidentielle 2012.

Quelques jours plus tard, l’UMP a riposté en organisant en grande pompe une convention spéciale intitulée « programme socialiste : le grand malentendu »

Selon l’UMP : « Malgré une augmentation massive des impôts de 126 milliards d’euros sur les ménages et les entreprises en 5 ans, le PS est loin de pouvoir financer les 255 milliards d’euros de dépenses nouvelles car il ne s’engage en parallèle sur aucune réduction de la dépense publique. La dette se creusera donc mécaniquement d’au moins 129 milliards € sur 5 ans (255Mds de dépenses publiques moins 126 Mds de taxes supplémentaires). François Hollande sera donc incapable de tenir sa promesse de retour à l’équilibre en 2017. Il porte un projet qui provoquerait une augmentation de notre déficit d’au moins 40% par an. Un laxisme budgétaire suicidaire dans cette période de crise qui ne manquerait pas de conduire à une dégradation de la note de notre dette souveraine. »

Par ce chiffrage, l’UMP a voulu tirer la sonnette d’alarme. Au moment où la France et le monde sont confrontés à une crise de la dette sans précédent, le PS prépare une véritable imposture avec les Français.

Il s’agit là d’une première riposte politique de la majorité réduite au silence pendant ces deux mois, comme les autres formations politiques de droite, de gauche te du centre. Bien entendu, ce chiffrage ne fait pas dans la dentelle, d’autant que le projet de François Hollande n’est encore qu’à l’état d’ébauche sommaire. Gageons qu’au fur et à mesure que les candidats dévoileront leur programme, le coût financier de celui-ci sera passé à la moulinette et fera l’objet d’un chiffrage plus précis et réaliste.

Par delà ce chiffrage quelque peu exagéré par l’UMP à des fins politiques (il est par exemple peu crédible de penser que Hollande revienne sur la réforme des retraites comme il l’a affirmé), il est indéniable que le projet socialiste et de François Hollande en particulier, apparait relativement couteux au regard des contraintes budgétaires qui pèsent sur les finances françaises et de la nécessité de réduite au plus vite les déficits publics et la charge de la dette.

A cet égard, la mise sous surveillance de la notre AAA de la France par l’agence de notation Moddy’s est un sérieux avertissement donné, d’une part, au gouvernement français, qui doit ajuster le budget 2012 au niveau de croissance attendue qui ne devrait pas dépasser 1%, et d’autre part, aux candidats à l’élection présidentielle française pour leur rappeler la réalité et la gravité de la crise actuelle qui ne permet aucun dérapage des dépenses publiques alors même que le croissance s’écroule partout en Europe.

Le projet de François Hollande, comme des autres candidats, ne sera crédible que s’il prend en compte les réalités d’aujourd’hui qui s’imposent à la France et qui réduisent considérablement ses marges de manœuvres budgétaires. Quel que soit le candidat élu en mai 2012, il n’y aura qu’une seule politique possible : la rigueur et encore la rigueur jusqu’à ce que notre pays ait maitrisé ses déficits et sa dette.

Toute autre promesse ne serait que tromperie à l’égard des français.

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :