France : la rigueur s’impose plus que jamais pour réduire les déficits publics et contenir la dette

Le 27 juillet dernier, le Fonds Monétaire International (FMI), dont le directeur général est dorénavant Mme Christine Lagarde, a communiqué son rapport annuel sur la politique économique et budgétaire de la France.

Si le rapport est globalement positif et reconnaît les efforts importants réalisés par la France et notamment « le bon équilibre entre vitesse et faisabilité » dans la réduction de ses déficits grâce à l’engagement des réformes de structures nécessaires, il met en garde le pays contre « le risque de ne pas respecter ses objectifs budgétaires » pour préserver les faibles coûts d’emprunt que lui garantit sa note AAA, la meilleure possible.

Pour le FMI, le rythme de réduction des déficits annoncés  par la France à 4.6 % du PIB en 2012 et 3% en 2013, contre 5.7% prévu cette année, ne pourra pas être respecté car s’appuyant sur un niveau de croissance de 2.25% en 2012 et 2.5% en 2013, sensiblement plus élevés que ses prévisionnistes. En effet, le FMI ne prévoit qu’une croissance de l’ordre de 1.90% en 2012 et 2% en 2013, ce qui rend les objectifs du gouvernement français difficiles à atteindre au vu de la conjoncture générale.

Nicolas Sarkozy, le président de la République, actuellement président du G20, veut une France exemplaire dans la remise en ordre de ses comptes publics et a appelé les parlementaires à inscrire dans la Constitution, à l’instar de certains pays européens, la règle d’or de retour à l’équilibre. Après la grave crise budgétaire que traverse l’Europe ces dernières années, bien difficile de contester la mise en place de règles de saine gestion.

Dans cette optique, pour suivre les recommandations du FMI et être en cohérence avec les engagements pris et la nécessité pour la France de conserver la note AAA, le gouvernement va devoir donner un tour de vis supplémentaire dans la réduction de ses dépenses. Valérie Pécresse, ministre des Budget, a d’ailleurs rappelé que « des économies supplémentaires sur les niches fiscales seraient réalisées, si nécessaire dés 2012, au delà des 3 milliards déjà prévus ». ce sera probablement très insuffisant.

La majorité parlementaire est du même avis. Conscient de la nécessité de maintenir la rigueur pour respecter les engagements pris en matière de réduction des déficits, Gilles Carrez, rapporteur UMP  du Budget à l’Assemblée nationale, chiffre à plus de 5 milliards les économies supplémentaires à réaliser en 2012. La commission des Finances du Sénat va encore plus loin et considère qu’il sera nécessaire de trouver plus de 10 milliards de recettes ou d’économies supplémentaires.

Ces dernières semaines, tous les prévisionnistes sont d’accord sur un point : la croissance devrait être en berne dans les pays de la zone euro pour les deux à trois années qui viennent. Le gouvernement français ne pourra donc échapper à plus de rigueur d’ici la fin de l’année, quand bien même le pays serait à la veille de l’élection présidentielle.

Espérons qu’au plan politique, d’une part, le chef de l’Etat français ne cédera pas à la facilité et mettra tout en œuvre pour que le pays respecte scrupuleusement ses engagements en matière de réduction des déficits et que, d’autre part, les candidats de la gauche n’oublieront pas dans leurs discours et promesses que le pays traverse l’une des plus grave crise financière de son histoire et qu’il faudra maintenir, au cours des années à venir,  une  politique budgétaire d’une extrême rigueur sous peine de voir la France se trouver rapidement dans la tragique situation de la Grèce aujourd’hui.

La rigueur ne fait que commencer. Une première pour une France en campagne électorale.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :