USA : Obama s’avère incapable de contenir l’explosion de la dette américaine qui mine l’économie mondiale

Hillary Clinton s’est rendue ce dimanche 17 juillet en Grèce pour apporter le soutien des États-Unis aux efforts déployés le premier ministre Georges Papandréou pour sortir son pays de la crise de la dette. Cette dernière représente environ 120% du PIB grec. L’administration Obama actuellement aux prises avec d’importants déficits publics et une dette en forte augmentation, se dit persuadée que « l’Europe peut gérer ce défi ». Il est vrai qu’un défaut de paiement de la Grèce aurait probablement des conséquences désastreuses sur les USA, eux-mêmes très endettés.

Athènes met actuellement en œuvre son second plan d’austérité, encore plus sévère que le premier, fait de hausses d’impôts, de privatisations et de coupes majeures dans la fonction publique. Ces conditions ont été imposées par l’Union européenne et le FMI pour continuer lui offrir leur appui financier.

De leur côté, les États-Unis doivent eux-mêmes faire face à une crise sans précédent liée à l’augmentation de leur propre dette, quoique de nature très différente des pays de l’Europe du sud. De fortes dissensions entre républicains et démocrates au Congrès ont en effet empêché jusqu’ici le relèvement du plafond légal de la dette américaine fixé à 14 300 millions de dollars par le congrès américain. En raison de l’explosion du déficit budgétaire, la dette américaine, qui représente 100% du PIB, a atteint son plafond et menace de paralysie le plus grand état du monde. Si aucun accord n’intervenait avant le 2 août, les États-Unis pourraient se retrouver en situation de défaut de paiement.

Grèce, Portugal, États-Unis… la question du déficit et de la dette publique hante les politiciens et déstabilise les États. Mais pourquoi ces pays se trouvent-ils pris dans un tel engrenage ? Si la situation de dette excessive de nombreux état s’est accentuée depuis la crise financière et budgétaire de 2009, leur origine est de nature différente et n’a pas les mêmes conséquences pour tous les pays. En effet, si des Etats comme les USA et le Japon ont une dette importante, elle est d’origine différente de la Grèce et du Portugal. C’est la raison pour laquelle, malgré un endettement et un déficit très élevé, les États-Unis, comme le Japon et la France, peuvent actuellement se financer facilement à des taux d’intérêt très bas, proches de 3%, note grâce à leur note AAA attribuée par les agences de notation.

Ce qui n’est pas le cas de la Grèce, du Portugal et de l’Italie qui doivent payer une prime de risque considérable qui leur impose d’emprunter à des taux prohibitifs de l’ordre de 15% à 18%. Mais cette situation pourrait changer. Ces derniers jours, les principales agences de notation ont tiré le signal d’alarme face à la crise politique liée à la dette américaine et fait savoir qu’elles n’excluaient pas de dégrader la note des Etats-Unis en cas de blocage politique et de désaccord sur la réduction des déficits publics.

Jusqu’en 2011, selon que l’on était riche et puissant, on pouvait tout se permettre.  Quelle que soit l’origine de la dette, il n’est pas sûr qu’à l’avenir certains Etats puissent ainsi continuer à créer de la dette, sans jamais la résorber, pour satisfaire leur besoin de financement sans se soucier des conséquences sur le reste des  économies mondiales. Voilà qui ne serait que justice.

En France, en cette période pré-électorale, il serait souhaitable d’entendre les principaux protagonistes se prononcer sur les modalités de réduction de la dette et notamment de résorption des déficits publics et, par voie de conséquence, sur les mesures de réduction des dépenses publiques. La France ne pourra elle aussi réduire substantiellement sa dette que par la mise en œuvre d’une véritable politique d’austérité. Un peu de réalisme et de courage politique permettrait aux candidats de ne pas tromper les électeurs demain. L’heure des comptes a sonné pour les français aussi.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :