Aéroport de Rodez-Aveyron : 500 000 passagers transportés par Ryanair

Depuis l’arrivée de la compagnie low-cost irlandaise Ryanair (1) fin 2003, le trafic annuel de l’aéroport de Rodez-Aveyron s’est stabilisé aux alentours de 150 000 passagers par an. Ce qui est qui n’est pas si mal pour un aéroport régional, en dépit de la récente crise du transport aérien. Ce succès est principalement du à Ryanair qui transporte environ la moitié des passagers, via ses destinations de  Rodez-Londres, Rodez-Porto et Rodez-Dublin.

Début mai 2011, la compagnie à la harpe, dirigée de main de maître par Mikael Oleary, a transporté son 500 000 ème passager sur ses destinations vers Rodez. A cette occasion, John Brisy, le responsable marketing pour la France est venu à Rodez pour fêter l’évènement, aux côtés de Tom Roberts, le directeur de l’aéroport.

Ryanair semble satisfaite de l’évolution de la ligne Rodez-Londres/Stanted depuis sa création. La principale ligne de Ryanair vers Rodez assure quatre allers-retours hebdomadaires en été et deux en hiver. Depuis 2008, la liaison vers Dublin a été ouverte, puis vers Porto en 2010, à raison de deux aller-retour hebdomadaires chacune. La fréquentation de ses dernières destinations serait également conforme aux prévisions de la compagnie. Côté tarif, nous sommes ici bien loin de ceux pratiqués par Brit-Air (Air-France) sur Paris-Rodez. En moyenne, l’aller-retour via Ryanair revient de l’ordre de 60 à 80 euros, taxes comprises, avec des promotions régulières pouvant atteindre 10 euros l’aller. Qui dit mieux ?

L’aéroport de Rodez-Aveyron, soutenu en cela par le Conseil général de l’Aveyron, notamment depuis sa prise de contrôle majoritaire de la SAEML Air 12, entend développer une politique visant à l’ouverture de nouvelles lignes à destination de l’Europe. En effet, pour pérenniser cet équipement aujourd’hui dimensionné pour accueillir 300 000 passagers par an et désenclaver le département, il est vital pour Rodez de proposer des destinations régulières vers le plus grand nombre de villes européennes. On peut ainsi espérer dans les années à venir, pourquoi pas, quelques destinations vers Barcelone, Milan, Berlin, Bruxelles…

En attendant, après les péripéties des derniers vols Rodez-Paris par Brit-Air (Air-France), vols supprimés au dernier moment au profit de Barcelone par manque d’avions disponibles, il faut espérer que dans les prochains mois la ligne verra des améliorations sensibles, tant au niveau de la régularité des vols sur Paris que dans les tarifs pratiqués qui s’avèrent pour le moins prohibitifs. Gageons que le Conseil général, qui a récemment pris les reines de l’aéroport, saura rapidement trouver une solution plus satisfaisante pour les usagers. Peut-on accepter encore longtemps de voir les conditions de transport se dégrader sur la ligne Rodez-Paris ; la seule qui perde régulièrement des passagers depuis des années ?

(1)  Comme toutes les lignes Ryanair en Europe, les exploitants des aéroports sont mis à contribution par la compagnie low-cost qui exige le versement d’une redevance annuelle plus ou moins importante pour assurer la desserte de chaque destination. Son modèle économique à bas coût repose en partie sur ces subventions et la compagnie irlandaise n’accepte d’ouvrir des lignes à partir d’une ville que si l’aéroport la cofinance. Les sommes ainsi versées sont loin d’être négligeables mais restent généralement dans le domaine du secret. Si pour certains Ryanair fait pression sur les collectivités qui se verraient ainsi contraintes de verser une redevance pour maintenir les lignes en exploitation, il faut bien reconnaître qu’au final, l’opération semble plutôt profitable aux villes et départements qui participent. Pour preuve, de nombreuses villes européennes se pressent pour voir débarquer Ryanair chez elles, malgré les contraintes financières.  Bien que la rentabilité soit difficile à établir, les études menées ici et là semblent confirmer que le retour sur investissement n’est pas négligeable. Ainsi à Rodez, pour une subvention d’un euro, entre 5 et 7 euros seraient dépensés localement par les passagers. Ces chiffres doivent cependant être atténués par le fait que nombre de passagers britanniques ne fréquentent l’aéroport de Rodez-Aveyron que pour se rendre dans un département voisin, notamment le Lot, qui profite ainsi des subventions aveyronnaises. Il n’est reste pas moins que plus de 6 ans après l’arrivée de Ryanair à Rodez, il paraît difficile de contester les retombées économiques et touristiques qui en résultent.

Advertisements

2 commentaires pour Aéroport de Rodez-Aveyron : 500 000 passagers transportés par Ryanair

  1. huse912 dit :

    La ligne Rodez-Paris ne perd pas de passagers.
    Au contraire, les résultats du premier trimestre 2012 montrent une augmentation de sièges occupés par vol.
    Je prends régulièrement cette ligne, l’avion est plein, il faudrait même augmenter la capacitée !

    • Rodez News dit :

      La fréquentation de la ligne Rodez-Aveyron/Paris Orly-ouest opérée par BritAir pour le compte d’Air-France, avait connu son record en 2006 avec 82 000 passagers. En 2011, derniers chiffres officiels publiés, font état de 67 000 passagers seulement, contre 66 000 en 2010. Ce qui est bien loin des 82 000 passagers transportés en 2006.
      Pour autant, les chiffres du 1er trimestre 2012 semblent toutefois enregistrer une progression sensible du trafic sur la ligne Rodez-Paris grâce à l’amélioration de la ponctualité et à la rareté des incidents techniques. A tel point que l’appareil Bombardier CRJ 100 de 50 places actuellement opéré s’avère de plus en plus souvent complet et même insuffisant. Ce qui devrait encourager BritAir à revenir à un Bombardier CRJ 700 de 72 places, plus adapté au trafic actuel sur Rodez.
      Espérons que la restructuration du groupe Air-France à laquelle appartient BritAir qui devrait intervenir d’ici fin 2012 ne perturbera pas le développement de la liaison Rodez-Paris qui est promise à un bel avenir pour peu que la compagnie s’en donne les moyens.
      Quant-aux vols opérés par Ryanair depuis Rodez (Londres, Dublin, Porto, Bruxelles), ils se maintiennent fort bien avec environ 75 000 passagers transportés en 2011.
      Les aveyronnais attendent maintenant l’ouverture de nouvelles destinations, avec prochainement la Corse, et pourquoi pas dans les années futures vers Barcelone, Milan et Rome.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :