Al Jezeera : chaîne d’information indépendante ou voix de l’intégrisme islamique ?

Fondée en 1996 par l’émir du Qatar, Hamad bin Khalifa Al-Thani, la chaîne Al Jezeera dont le siège est à Doha, est financée pour partie par son gouvernement. Wadah Khanfar, le directeur général de la chaîne, ne manque pas de rappeler l’engagement d’Al Jazeera dans le monde arabe : « Plus informés, nous pensons que les peuples de cette région et d’ailleurs pourront faire de meilleurs choix pour mener leur vie et pour se diriger vers un avenir plus pacifique et démocratique, peu importe où ils vivent. »

La liberté apparente affichée par la chaîne et la place donnée des opposants à certains régimes inquiète les chefs d’Etat du monde arabe, mais aussi nombre de pays occidentaux. Al Jazeera joue un rôle important dans les révolutions du monde arabe. Elle avait largement couvert les prémices de la révolution tunisienne, dés décembre 2010. Comme en Tunisie et en Egypte hier, la chaîne est interdite à Bahrein, en Algérie, en Lybie et en Irak. Aux Etats-Unis, elle n’est pas diffusée via les réseaux câblés nationaux. C’est dire la réserve des autorités américaines concernant ce média très controversé, réputé ouvert aux courants islamiques les plus extrémistes, proche des frères musulmans, des salafistes (courant sunnite revendiquant un retour à l’islam original)  et même des talibans selon certains.

Al Jazeera ne traite pas l’information de la même manière selon le pays. Depuis février 2011, après la chute d’Hosni Moubarak en Egypte contre lequel elle s’était déchaînée, la chaîne d’information a mis le paquet sur la Libye pour relayer la révolution contre Kadhafi.  Malgré son prétendu professionnalisme, à y regarder de plus prés, Al Jazeera n’apparait pas comme un média impartial et indépendant ; tout au moins comme on l’entend dans le monde libre. Ainsi, la chaîne apparaît très arrangeante, pour ne pas dire complaisante lorsqu’il s’agit du Qatar et de ses intérêts, mais aussi de l’Arabie Saoudite et même de l’Iran dont la chaîne a fort peu relayé la révolution et les manifestations qui s’y déroulent régulièrement. De la même manière, aujourd’hui Al Jezeera reste relativement sobre sur les révolutions en cours en Syrie et au Yémen alors que ces dictatures massacrent quotidiennement des dizaines d’innocents, contrairement aux révolutions pacifiques en Tunisie et Egypte.

Des choix qui ne doivent probablement rien au hasard. Le militantisme et la défense de la cause islamique ont tendance à prendre le dessus sur la liberté et l’indépendance de l’information. Son revirement à l’égard de l’Arabie saoudite est symptomatique. Très critique à ses débuts, Al Jazeera s’est progressivement montrée plus complaisante vis-à-vis du royaume wahhabite, qui est aujourd’hui un ami du Qatar d’où elle émet et qui la finance. Toutefois très méfiante vis-à-vis de la chaîne du Qatar, l’Arabie Saoudite a elle-même lancé sa propre chaîne concurrente d’information en continue en langue arabe : Al Arabiya.

Il subsiste de grandes différences entre les deux chaînes d’information arabes. Sur Al Arabiya, deux courants contrôlent la chaîne : l’un rassemble les libéraux saoudiens, proches des Etats-Unis qui prônent une forme de modernité, l’autre, représenté par les libanais et les anti-Hezbollah favorables au renforcement des Etats-Unis dans la région.  Selon de nombreux spécialistes, sur la Tunisie, l’Egypte et la Lybie, Al Arabia aurait aussi bien couvert les évènements qu’Al Jazeera. Pour autant, du fait de la peur d’une contagion des Saoudiens, elle s’est montrée sensiblement moins enthousiaste et moins militante.

En dépit des nombreuses controverses la concernant, Al Jazeera conserve sa place de première chaîne arabe et a même vu son audience augmenter avec les révolutions arabes. Egalement diffusée en langue anglaise, à destination du monde occidental, la chaîne du Qatar n’entend pas en rester là et souhaite profiter des révolutions arabes pour accroître son audience planétaire. Ainsi, elle pourrait prochainement émettre en français, afin de mieux couvrir le Magreb et l’Afrique francophone. C’est vrai qu’il y a encore beaucoup de révolutions à venir dans le monde… De quoi diffuser plus largement une vision islamique à travers le monde …

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :