France : le gouvernement tergiverse sur la sécurité routière face à la fronde d’une poignée de députés UMP

Face à l’augmentation des accidents de la route ces derniers mois (+ 10% de morts depuis le début de l’année 2011), le récent Comité interministériel de sécurité routière (CISR) du 11 mai, convoqué en urgence par François Fillon, Premier ministre, a décidé de durcir sensiblement les sanctions pour lutter contre l’insécurité routière.

Voici les principales mesures :

  • Pour lutter contre le comportement irresponsable de ceux roulent à des vitesses abusives, les excès de vitesse de plus de 50 km/h seront désormais qualifiés de délit, et ce, dès la première infraction,
  • Afin de « dissuader les excès de vitesse», les avertisseurs de radar seront interdits et les panneaux indiquant la présence de radars fixes supprimés,
  • Le seuil légal d’alcoolémie reste fixé à 0,8 g, mais tout taux supérieur sera dorénavant sanctionné par le retrait de huit points au lieu de six,
  • Les sanctions seront aggravées pour les conducteurs téléphonant au volant, sans pour autant interdire l’utilisation de kits main libre. Cette infraction donnera désormais lieu à une contravention de 4e classe, soit un retrait de trois points sur le permis de conduire au lieu de deux.

Si  certaines mesures peuvent paraître radicales à certains, elles restent néanmoins en retrait par rapport à ce que demandaient certaines organisations de sécurité routière, telles la Ligue contre la violence routière qui estime qu’il fait accentuer la répression, y compris à l’encontre des automobilistes auteurs de petites infractions pour faire baisser substantiellement les nombre de victimes de la route.

Toujours est-il que la décision de supprimer les panneaux signalant les radars fixes a généré la fronde d’une poignée de députés UMP mécontents.  A les entendre, la suppression des panneaux ne serait en rien un frein aux accidents de la route , tout constituant une mesure excessivement répressive à l’encontre des automobilistes qui risqueraient ainsi de se faire « piéger » encore plus souvent par les radars non identifiés. Clairement, selon certains parlementaires, « cette mesure serait à la fois inutile, impopulaire et même dangereuse pour la sécurité des automobilistes ».

Manifestement ces quelques députés UMP se moquent éperdument du nombre de victimes sur les routes et préfèrent nier l’évidence pour défendre leurs petits intérêts électoraux. Pas si sûr que ce soit le meilleur moyen de gagner les prochaines élections législatives ! En attendant, par leur prise de position contre la suppression des panneaux  annonçant les radars fixes, ces parlementaires ne font que conforter certains automobilistes dans l’idée que la vitesse n’est sensée être respectée qu’à hauteur des radars. Rappelons en effet que la vitesse est limitée partout en France et les automobilistes sont sensés la respecter, avec ou sans radars, avec ou sans panneau de signalisation. C’est uniquement par la discipline, c’est-à-dire le strict respect des vitesses, que la bataille contre l’insécurité routière pourra être gagnée et que de nombreuses vies pourront être sauvées.

Face à cette grogne, Claude Guéant, ministre de l’Intérieur, a confirmé avec le soutien du Premier ministre, qu’il était hors de question de revenir sur cette décision du gouvernement qui s’inscrivait dans une politique de fermeté visant à approcher le seuil des 3 000 morts à fin 2012, comme promis par Nicolas Sarkozy (contre 4 000 aujourd’hui). Cette détermination s’est quelque peu estompée dés le dimanche 22 mai, où il a fini par accepter le déploiement de 1.000 radars « pédagogiques » pour limiter l’impact de la suppression des panneaux et tenter d’amadouer les parlementaires. Il a par ailleurs annoncé qu’une mission d’information parlementaire concernant les accidents de la route allait être créée.

Cela n’a pas suffit à calmer la grogne des quelques députés UMP qui avaient écrit lundi 23 mai au Premier ministre François Fillon pour lui faire part de la « profonde exaspération » de leurs électeurs. Ni plus, ni moins ! Le 24 mai 2011, après une rencontre avec les parlementaires, ces derniers ont crié victoire et annoncé que Claude Guéant avait fini par reculer et que les panneaux seraient remplacés par des « radars pédagogiques ».  Alors que la suppression des panneaux de présignalisation était l’une des mesures-phare des nouvelles dispositions, à demi mot, il semblait que le gouvernement s’orientait vers une quasi-substitution des panneaux d’avertissement des radars fixes. Autant l’avouer, une reculade de plus du gouvernement !

Aux dernières nouvelles, l’interprétation des parlementaires serait erronée, sans rapport avec la position du ministre de l’Intérieur et du gouvernement. Le 25 mai, François Baroin, porte-parole du gouvernement, est monté au créneau pour affirmer que le gouvernement  maintenait la suppression des panneaux indicateurs de radars fixes, même si la décision pourrait en priorité revenir aux commissions départementales de sécurité routière. Il a également affirmé qu’il n’était pas envisagé de remplacer systématiquement les panneaux par des « radars pédagogiques » qui n’avaient pas la même fonction, ni le même coût.

On en était là le jeudi 26 mai ! Une belle cacophonie à l’initiative de l’UMP qui ne fait guère honneur aux parlementaires frondeurs. Voilà qui est de nature à brouiller un peu plus la politique gouvernementale en matière de sécurité routière, au moment où il semble manquer une volonté politique et une détermination sans faille face aux incivilités routières de toutes sortes. Pas sûr que ce soit le bon moyen de combattre durablement l’insécurité routière.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :