France : les opérations militaires en cours mettent en évidence l’urgence à moderniser les forces armées

L’armée française est engagée dans diverses opérations militaires, notamment en Afghanistan et plus récemment en Libye. Réalisées dans le cadre de résolutions des Nations Unies, ces interventions mobilisent d’importants moyens humains et matériels.

En ces périodes de crise budgétaire et de chasse des déficits publics, le coût de ces opérations est de l’ordre de 150 millions d’euros par trimestre en Afghanistan et 100 millions d’euros par trimestre en Libye. Les deux interventions sont toutefois très différentes. La première est de nature classique, avec plus de 3 000 hommes au sol, appuyés par des véhicules légers, des hélicoptères, quelques avions et drones ; l’opération est chapeautée par les USA qui coordonnent l’intervention en  fournissant prés de 80% des effectifs et des moyens matériels.

Il en va différemment en Libye où il s’agit uniquement d’opérations aériennes en vue de neutraliser les armes offensives et désorganiser l’armée de Kadhafi au moyen de bombardements et autres armes guidées. Si l’armée américaine est intervenue initialement avec ses missiles de croisière Tomahawk, son rôle est aujourd’hui réduit à la fourniture de drones, indispensables pour observer l’évolution des forces sur place et cibler les objectifs à bombarder. Avec la Grande-Bretagne et quelques pays qui portent assistance tels l’Italie, la France est ici en première ligne avec le porte-avion Charles-de-Gaulle et ses forces aériennes et aéronavales équipées notamment du Rafale.

A cet égard, l’opération aura permis de tester en conditions réelles le Rafale et notamment sa polyvalence qui en font un avion de combat moderne et performant, qu’il s’agisse de bombardements au sol, de reconnaissances ou de missions de supériorité aérienne. Le seul problème c’est le coût global de mise en œuvre en raison des distances depuis les bases françaises. Pourtant, le coût le plus important reviendrait aux seules munitions et surtout aux missiles utilisés par les avions qui représenteraient plus de 60 millions d’euros pour une période de 3 mois (un missile coûte en moyenne un million d’euros l’unité). Heureusement, il semble que nos aviateurs soient économes et visent bien.

De nombreux enseignement devront être tirés de l’intervention libyenne. Si les moyens en avions et en armement semblent à un niveau acceptable en temps de paix, ils sont manifestement insuffisants pour assurer le succès de multiples interventions répétées dans le temps, surtout lorsque le théâtre des opérations est éloigné comme en Libye. Qu’il s’agisse des avions, des missiles ou plus récemment des hélicoptères de combats, cette intervention démontre qu’il faudra revoir leur nombre à la hausse pour permettre de conserver un haut niveau de performance et d’efficacité pour notre armée. De même, un seul porte-avion ne saurait suffire car il ne permet pas d’assurer durablement à la France une capacité d’intervention, sans l’aide de pays tiers.

Plus inquiétant, les conflits modernes actuels nécessitent de surveiller en permanence le champ de bataille et plus généralement les territoires hostiles. Les quelques drones Harfang fabriqués par EADS que possède la France sont aujourd’hui largement dépassés, notamment au regard des performances des drones américains Reaper-Prédator de Général Atomics. D’ailleurs, ce sont ces mêmes drones de l’armée américaine qui interviennent régulièrement en Libye. Leur présence est indispensable pour permettre aux avions de combat d’identifier leurs objectifs et d’opérer des frappes chirurgicales. Les militaires français demandent d’ailleurs depuis plusieurs années l’achat de drones Reaper américains pour faire face à leur mission car c’est actuellement le meilleur drone sur le marché. Il est vrai qu’après la perte du colossal contrat des avions ravitailleurs de l’US Air Force par EADS au profit de Boeing, à moins d’un an de l’élection présidentielle, le dossier est politiquement chaud. Mais peut-on attendre ?

France a-t-elle le choix si elle veut conserver une armée opérationnelle ? En attendant que le futur drone de nouvelle génération (qui devrait être conçu en coopération entre le Royaume-Uni et la France, pour une mise en service prévue en 2020) soit opérationnel, plutôt que de vouloir moderniser à prix d’or ses vieux Harfangs, la France ne serait-elle pas mieux inspirée d’acheter des Reaper américains pour assurer la transition ? Gageons que le ministre de la Défense, Gérard Longuet, saura entendre les militaires et aura le courage de prendre la seule décision qui s’impose. Après tout, les américains ne sont-ils pas nos amis et alliés de toujours ?

L’industrie européenne de la défense aurait par ailleurs tout à gagner à coopérer très largement pour concevoir les matériels nécessaires à ses propres armées, plutôt que de se faire concurrence ou de favoriser l’industrie américaine. A cette fin, faisons l’Europe de la défense et créons l’industrie qui va avec, à l’instar de ce qui a déjà été fait avec EADS. Outre la réduction de son coût de fonctionnement, une  armée européenne présenterait beaucoup d’avantage pour les nations de la vieille Europe, à commencer par préserver son indépendance et appuyer sa politique étrangère. Cela permettrait aussi de maintenir une armée à un haut niveau opérationnel et de créer des centaines de milliers d’emplois localement.

En attendant, espérons que les interventions extérieures françaises qui ont permis au Rafale de se distinguer, lui permettront de s’imposer très prochainement sur les grands marchés internationaux : au Brésil, au Moyen-Orient et en Inde. Ce serait bénéfique pour l’équilibre de notre balance commerciale, pour l’emploi et plus généralement pour l’armée française qui pourrait ainsi acquérir à meilleur prix les équipements modernes dont elle a cruellement besoin pour faire face à ces missions.

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :