France : vers une interdiction de l’exploration et de l’exploitation des gaz de schiste en France ?

Le 30 mai 2010, dans la plus grande indifférence générale, Jean-Louis Borloo alors ministre de l’Écologie avait octroyé un certain nombre de permis d’exploration de gaz de schistes localisés dans une vaste région, s’étendant sur prés de 10 000 km², comprise entre Montélimar (Drôme), Alés (Gard) et Nant (Aveyron). Cette zone inclue l’essentiel du sud Massif-Central et des Cévennes en particulier, jusqu’aux Grands Causses, couvrant ainsi une grande partie des départements de l’Hérault, du Gard,  de l’Aveyron, de la Lozère, de l’Ardèche et de la Drôme.

Ces permis ont été accordés aux groupes Total, GDF-Suez et Schuepbach Energy LLC (USA), alors même qu’une part importante de la région visée est située au cœur de deux grandes zones protégées : le Parc National des Cévennes et le Parc Régional des Grands Causses. Le plus surprenant c’est que cette décision, prise en catimini au plus haut niveau de l’Etat, n’avait guère été reprise par les médias jusqu’à ces dernières semaines. Il a fallu que quelques maires et associations s’inquiètent à quelques semaines du début des opérations d’exploration pour que l’affaire éclate enfin au grand jour. Une fois de plus, on peut s’interroger sur la qualité et la pertinence des médias français plus enclins à faire la une sur des faits divers ou marginaux. Mais c’est un autre débat.

Un média français sauve l’honneur : Canal+. La chaîne cryptée a diffusé le 04 avril dernier un long extrait du documentaire américain  Gasland qui sera intégralement repris dans certaines salles de cinémas dés le 6 avril.  Gasland est un film documentaire américain réalisé en 2010 par Josh Fox. Il a pour objet d’alerter les populations sur l’impact environnemental et les risques sanitaires liés aux méthodes d’exploitation utilisées pour extraire les gaz de schistes des sous-sols rocheux : la défragmentation hydraulique. Exploités aux USA depuis de longues années au moyen de ce procédé mis au point par la tristement célèbre société texane Halliburton, ces gisements (plus de 500 puits à travers plus de la moitié des USA) entraînent de nombreux dégâts irréversibles. Outre les problèmes environnementaux liés à la pollution de la plupart des nappes phréatiques, les populations vivant dans les zones d’exploitation ou à proximité connaissent aujourd’hui de graves problèmes de santé avec notamment le développement de maladies cancéreuses.

Compte tenu de la triste expérience américaine, les risques environnementaux entourant l’extraction de ce gaz paraissent considérables et mettent gravement en danger les populations. De nombreux adjuvents chimiques, dont certains extrêmement toxiques, sont mélangés avec du sable et injectés dans la roche avec de l’eau à très haute pression selon le procédé de défragmentation hydraulique, afin d’en extraire les gaz emprisonnés dans le schiste. Les réserves mondiales de ce type de gaz seraient plus importantes que le gaz naturel et la France, comme l’Europe du nord, en recèlerait une part très importante. D’où les appétits des grandes sociétés pétrolières mondiales et américaines en particulier. Les profits à court terme que quelques sociétés peu scrupuleuses, qui n’hésitent pas à piller les ressources naturelles et sont prêtes à rendre la planète invivable dans quelques décennies, peuvent-ils justifier que l’Etat français les autorise, fussent-elles associées à des entreprises publiques françaises, à exploiter de tels procédés au mépris des populations locales directement impactées par cette décision ?

Manifestement non ! Déjà, aux quatre coins de France, les populations se mobilisent pour s’opposer à la mise en œuvre de ces permis d’exploration et la plupart des politiques, de droite comme de gauche, montent au créneau pour s’opposer à l’exploitation de ces permis. Le 4 février 2011, le ministère du Développement durable et de l’Économie, des Finances et de l’Industrie ont annoncé le lancement d’une mission conjointe du Conseil général de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGIET) et du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) afin d’éclairer le gouvernement sur les enjeux économiques, sociaux et environnementaux des hydrocarbures de roche-mère (gaz et huiles de schiste). Un rapport d’étape doit être remis pour le 15 avril 2011 et le rapport final pour le 31 mai 2011. Les rapports seront rendus publics et les conclusions en seront tirées avant fin juin 2011.

Nathalie Kosciusko-Morizet, l’actuelle ministre de l’Ecologie et du développement durable attend les résultats de la mission demandée sur le sujet pour se prononcer.  De son côté, le Premier ministre François Fillon a prolongé le moratoire sur la recherche et le forage de gaz de schistes jusqu’au 15 juin. Dans un courrier adressé aux ministres de l’Ecologie, de l’Intérieur et de l’Economie, le Premier ministre a indiqué que le moratoire visera désormais les permis de recherche et les autorisations de travaux. Espérons que le bon sens et les intérêts des populations locales seront enfin pris en compte par les pouvoirs publics.

Les choses se sont accélérées au plan politique. Après le parti socialiste, les parlementaires UMP devraient soumettre très rapidement une proposition de loi interdisant l’exploration et l’exploitation de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux non conventionnels par des forages verticaux ou horizontaux au moyen de la technique de fracturation hydraulique. Ce texte a de bonne chances d’être adopté tellement les parlementaires de tous bords politiques, sous la pression des électeurs, sont déterminés.

Une manifestation d’opposition aux recherches et à l’exploitation des gaz de schiste est prévue à Nant (Aveyron) le 17 avril prochain. Agissons tant qu’il est encore temps !

Plus d’information :

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :