Japon : après le désastre, le pays fait face avec courage et détermination

Le 11 mars 2011, une nouvelle fois le Japon a été gravement touché par un important séisme d’une magnitude de 8.9 sur l’échelle de Richter. Son épicentre était situé à environ 100 km au large des côtes du Japon. Comme si cela ne suffisait pas, quelques minutes plus tard, il a été suivi d’un colossal tsunami, avec des vagues de plus de 10 m de haut qui ont pénétré jusqu’à 5 km à l’intérieur des terres du nord-est de l’île, dans les provinces de Fukushima et de SendaÏ notamment. En dépit de systèmes d’alerte performants, la majorité de la population des villes situées en plaine, n’a pu  se mettre à l’abri des vagues mortelles.

Cette catastrophe a entrainé l’arrête automatique des réacteurs nucléaires situés à proximité, dont celui de Fukushima-Daiichi, exploité par Tokyo Electric Power Compagny. Ces brusques arrêts ont généré de graves problèmes sur quatre réacteurs dont le refroidissement n’a pu s’opérer correctement du fait de nombreuses défaillances successives des systèmes de sécurité. La surchauffe des réacteurs qui s’en est suivie a causé des dégâts importants au niveau du cœur de certains réacteurs, susceptibles d’entraîner des fissures, voire une explosion de l’enceinte de confinement du réacteur, et donc de générer des fuites radioactives.

Au final, le peuple japonais doit aujourd’hui faire face à une triple catastrophe. Une situation terrible pour les nombreux sinistrés déjà durement touchés (le nombre de victimes  risque hélas d’approcher les 30 000 morts ou disparus) qui manquent de tout et doivent maintenant face au risque nucléaire qui les menace directement, y compris la population de mégapole de Tokyo de plus de 35 millions d’habitants,distante de 250 km et jusque là épargnée.

C’est dire l’extrême gravité de la situation au Japon. Après deux décennies de relative stagnation économique, voilà qui ne va pas arranger la situation du pays et de ses habitants. Les dégâts sont estimés à plus de 200 milliards de dollars, mais probablement seront-ils bien plus importants. Comparé au séisme de Kobé, qui avait coûté un peu moins de 100 milliards de dollars, cette dernière catastrophe risque de plonger durablement le Japon dans une stagnation, voire une récession économique. Des tensions auxquelles ne vont pas échapper les pays asiatiques voisins, qu’il s’agisse de la Corée du Sud, de Taïwan et de la Chine.

Une nouvelle fois, la force et le courage du peuple japonais suffiront-ils à les aider à sortir rapidement de cette nouvelle épreuve ? Très certainement, mais il faudra du temps. Bien qu’étant l’un des pays les plus avancés et les plus riches du monde, le Japon risque de rester durablement marqué par ce désastre qui va mobiliser toute l’énergie de son peuple durant de longues années. Les grands pays alliés du Japon ou non, à commencer par l’Europe, ne peuvent que tout mettre en œuvre pour lui venir en aide pour surmonter au plus vite cette catastrophe. Plus vite le Japon aura pansé ses terribles blessures, plus vite le Japon et le monde retrouveront le chemin de la confiance et de l’espoir en l’avenir.

Amis japonais, dans la souffrance qui est la votre, le monde entier est à vos côtés.

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :