Bona annada 2011 per Rodés

Depuis bientôt 3 ans, il ne s’est pas passé grand-chose à Rodez comme si un épais brouillard avait envahi durablement le piton ruthénois, interdisant tous travaux d’ampleur. Pourtant, il persiste à se dissiper au grand dam des ruthénois qui se demandent encore où va leur ville. Bien malin qui peut répondre !

On peut espérer que l’année 2011 verra le brouillard municipal se dissiper et qu’enfin apparaîtra au grand jour un véritable projet porteur pour la ville. L’avenir de la cité ne peut reposer sur quelques grands projets isolés tels le musée Soulages et du multiplexe de cinéma. Ces équipements culturels et de loisirs de haut niveau, sont certes un atout important pour la ville mais n’auront de réelles retombées que s’ils sont accompagnés d’une politique ambitieuse, visant à intégrer le centre-ville à ces équipements pour qu’ils ne fassent qu’un.

Pour cela, il est urgent d’engager une politique d’aménagement et de réhabilitation du centre ancien et de ses abords en zones largement piétonnes, ouvertes sur des circulations douces et aux transports en commun. Les projets tels « Cité cœur de ville », alliant aménagements de la place de la cité, de l’îlot Balard et de la rue Frayssinous, ainsi que de la place Foch, étaient des projets structurants et vitaux visant à rendre le centre-ville plus agréable et attractif pour les ruthénois, les commerçants mais aussi et surtout les visiteurs. Souhaitons que la municipalité s’inspire de ces projets pour avancer rapidement dans cette voie.

La circulation automobile en centre-ville est l’autre grand fléau de Rodez et la situation n’a fait qu’empirer ses dernières années. Contrairement à ce que pensent certains commerçants, ce n’est pas en permettant le stationnement des voitures devant leur boutique que celle-ci tournera mieux, ni en favorisant le stationnement en centre-ville, dans des espaces qui devraient normalement être réservés aux piétons et aux animations (place Foch, place de la Cité, place Emma Calvé, îlot Balard…). Il est temps de rendre le centre-ville aux piétons en favorisant les circulations douces et les accès par les transports en commun, avec des navettes comme celle de Bourran, reliées aux principaux quartiers et parkings d’approche. C’est le plus sûr moyen de rendre le centre-ville plus dynamique et de donner envie aux futurs visiteurs du musée Soulages et clients du multiplexe de pousser jusqu’en centre-ville et d’y rester.

A Rodez, comme partout ailleurs, le développement du centre-ville passe par le renforcement des aménagements paysagers et piétons au détriment de l’automobile. C’est la seule voie possible, y compris pour booster le commerce du centre-ville qui en a bien besoin. Le monde change et Rodez doit prendre le bon virage avant qu’il ne soit trop tard. Inspirons-nous de ce qui marche alentour, sans chercher à copier bêtement. A l’instar de la dynamique touristico-culturelle engagée par notre voisine Albi, Rodez doit mettre les bouchées doubles pour prétendre faire jeux égal et continuer à exister au cœur du triangle Toulouse, Montpellier, Clermont-Ferrand.

L’enjeu pour Rodez est considérable : assurer son développement futur. Après trois années d’immobilisme, reste à espérer que la municipalité ruthénoise sera au rendez-vous  !

Rodez-News vos desira una plan bona annada 2011 a totes !

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :