Aveyron : alors que les zones d’ombres ADSL régressent dans le département, dans l’agglomération du Grand Rodez, on rame toujours… (2)

Le Conseil général de l’Aveyron va investir dans une série de 27 nouveaux NRA-ZO en 2011 pour améliorer la couverture ADSL des campagnes les plus reculées. Pour autant, au terme de cette dernière opération, pour des raisons techniques et financières, il subsistera quelques 3% d’abonnés exclus de cette technologie.

Pour les lignes non éligibles à l’ADSL, deux alternatives s’offrent pour bénéficier des hauts-débits : la technologie Wimax, pour les populations localisées à proximité d’un des 85 émetteurs installés en Aveyron et, plus certainement, le satellite. Plusieurs offres d’accès aux hauts débits via satellite sont aujourd’hui disponibles. Ces dernières sont fiables et performantes et devraient prochainement proposer des offres du type triple-play (accés internet, téléphone illimité et TV) pour un prix très proche de l’ADSL. Manifestement, cette dernière solution paraît aujourd’hui la mieux adaptée (coût/performances) pour proposer le haut-débit aux populations éparses, situées en zones de montagne.

Après la suppression des principales zones d’ombre ADSL avec la technologie NRA-ZO (cf article précédent), le Conseil général de l’Aveyron souhaite se lancer dans la couverture du département en très hauts débits, cette fois-ci. Il planche actuellement sur un schéma directeur qui devrait être présenté à la mi-2011 afin de savoir dans quelles conditions et dans quels délais le très haut débit, via un réseau en fibre optique, pourrait être déployé sur le département. Il va sans dire qu’en raison du coût très élevé du déploiement d’un réseau en fibre optique (plus de 300 millions d’euros pour tout le département) et de la faible densité de population, seuls les principaux bourgs et villes du département pourront, de toute façon, être dotés du très haut débit. A suivre !

Indiscutablement, force est de reconnaître que le département de l’Aveyron, à fin 2010, a largement résorbé la fracture numérique, grâce notamment à la technologie NRA-ZO et ce, en dépit de l’étendue du  département et d’une population très éparse.  Cette technologie a également permis d’améliorer sensiblement la réception (atténuation du taux d’affaiblissement) de nombreux abonnés jusque là trop éloignés des NRA classiques pour recevoir l’ADSL dans de bonnes conditions.

Si l’on peut aujourd’hui se réjouir de la bonne couverture hauts-débits du département, celle-ci contraste singulièrement avec la médiocrité de celle de l’agglomération du Grand Rodez. En effet, en dépit de zones fortement urbanisées, à fin 2010, bon nombre d’abonnés de l’agglomération ne peuvent toujours pas  bénéficier d’offres triple-play en raison d’un débit très faible, lié à l’éloignement du NRA (Nœud de raccordement d’abonnés). C’est notamment le cas de nombreux habitants des communes de Luc-La Primaube et d’Olemps, desservis par le NRA Forveille qui comporte pourtant prés de 10 000 abonnés. C’est aussi le cas d’habitants des communes de Druelle, Onet-le-Château et Sainte Radegonde. Trop souvent les populations de ces communes ne bénéficient que d’un faible débit de l’ordre de 1 à 2 Mbits/s ne permettant pas de recevoir la TV par ADSL. Cette situation est difficilement compréhensible dans une agglomération comme le Grand Rodez aujourd’hui.

En 2010, la plupart des abonnés ADSL en Aveyron, y compris ceux situés en zone rurale, bénéficient d’un accès de meilleure qualité que certains abonnés situés au cœur de l’agglomération du Grand Rodez. A l’instar du Conseil général, le temps n’est-il pas venu pour les élus de l’agglomération de Rodez de mettre fin à ces zones d’ombres ADSL ? Pourquoi avoir investi dans la couverture de l’agglomération en très hauts débits (réseau en fibre optique) destiné aux professionnels, si l’investissement ne doit finalement profiter qu’à quelques entreprises alors qu’une part importante de la population n’est toujours pas éligible aux offres triple-play et doit se contenter de débits proches du bas débit ? Où sont la rentabilité et la cohérence des choix opérés par l’agglomération ?

Voici plus d’un an, la communauté d’agglomération d’Albi avait pris une longueur d’avance en investissant elle aussi dans la technologie NRA-ZO afin de permettre à tous les habitants des communes qui la compose d’être éligibles à une offre triple-play. C’est aujourd’hui chose faite à Albi. Manifestement, du côté de Rodez, on rame encore comme il y a 10 ans du fait de l’incapacité des élus de l’agglomération à anticiper et préparer l’avenir. Pour les grands ruthénois, le temps est venu de ne plus attendre …

Plus d’infos :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :