Fillon 3, un gouvernement de combat pour la France ?

Après de longs mois d’âpres et longues négociations, le nouveau gouvernement promis par Nicolas Sarkozy est enfin arrivé.

C’est finalement François Fillon qui l’a emporté face à Jean-Louis Borloo. Cette nomination n’est pas une surprise pour les observateurs attentifs de la vie politique française. Face à un hyper-président qui laissait jusqu’alors peu d’espace à son Premier ministre, François Fillon par son calme et son assurance, a su s’imposer et se rendre incontournable face à d’autres prétendants, lui qui est crédité d’un assez large soutien des français. Par delà les inévitables problèmes de personnes, il est incontestable qu’au fil des mois et des années, ce dernier a su s’appuyer un vaste réseau de soutien, tant auprès de chef de l’Etat que du puissant groupe parlementaire UMP.

François Fillon a ainsi pu s’imposer au président de la République, qui au vu du contexte politique, économique et social présent, n’avait en réalité d’autres choix que de le reconduire. Par ces temps de grosse mer, il eût été pour le moins hasardeux et risqué de nommer un premier ministre réputé peu fiable et sûr pour conduire un gouvernement resserré et mener à bien les importantes réformes à venir. Ce n’est un secret pour personne, outre des ministres et secrétaires d’Etat pléthoriques, le dernier gouvernement comportait quelques personnes pas toujours à la hauteur pour piloter efficacement la politique gouvernementale. Alors que le monde et l’Europe traversent probablement la plus grave crise de leur histoire, il était temps de reprendre les choses en mains, de redéfinir la composition des ministères et de nommer des ministres et secrétaires d’Etat solides et expérimentés.

S’agit-il pour autant d’un gouvernement UMP comme l’ont affirmé certains ? Même si au premier abord les personnalités identifiées comme centristes ne sont pas légion, peut-on en conclure qu’il s’agit d’un gouvernement plus marqué à droite ? Si la majorité des ministres sont issus de l’ancien RPR, bon nombre sont en réalités assez proches des courants modérés de l’UMP et donc des nombreux centristes et libéraux qui ont rejoint l’UMP lors de sa création. Quand aux quelques centristes n’ayant pas intégré l’UMP, qu’il s’agisse du nouveau centre ou du parti radical, il faut bien reconnaître qu’ils ne sont guères nombreux et n’ont pas une grande envergure politique. Ces deux partis sont d’ailleurs affiliés à l’UMP et ne survivent que grâce à l’aide de cette formation politique. A final, l’important pour la sensibilité centriste de l’intérieur ou à l’extérieur de l’UMP n’est-il pas que leurs idées et convictions soient défendues au gouvernement, en attendant peut-être de meilleurs jours où ils pourront se structurer au sein d’une véritable formation politique, autour d’élus crédibles et représentatifs ? Nous n’en sommes pas là car aujourd’hui car le centre n’existe plus en France.

Le gouvernement Fillon 3 répond aux impératifs du moment. Plus réduit, même si on aurait pu faire mieux encore, ce gouvernement resserré semble au premier abord plus professionnel et apte à assurer la continuité des réformes nécessaires à notre pays. Quelque part, François Fillon apparaît comme le grand gagnant de se rapport de force avec le chef de l’Etat qui devra retrouver un rôle plus traditionnel de président de la République, en charge de fixer les grandes lignes gouvernementales, mais en laissant au premier ministre le soin de conduire la politique du gouvernement au quotidien. Les premiers propos du nouveau Premier ministre confirment d’ailleurs ce rôle qu’il semble vouloir assumer pleinement. Quelque part, la France revient à un meilleur équilibre du pouvoir exécutif, avec en toile de fonds, des parlementaires qui sortent sensiblement renforcés et paraissent dorénavant en mesure de peser sur les décisions gouvernementales.

Le nouveau gouvernement Fillon se met en position de combat, prêt à affronter les tempêtes politiques, économiques et sociales jusqu’en 2012. Il est vrai que la crise financière et budgétaire n’est pas réglée, notamment en Europe avec  des pays très fragilisés : la Grèce, l’Irlande et le Portugal et que les tensions monétaires persistes entre le dollar, le yuan et l’euro. Pour éviter que la situation ne  dérape, la France doit conduire une politique budgétaire stricte et rigoureuse si l’on veut maintenir et si possible créer des emplois, tout en préservant l’essentiel de nos chers acquis sociaux. Nul doute que quelques sacrifices devront encore être demandés au français. La réforme fiscale annoncée (suppression du bouclier fiscal et de l’impôt sur la fortune, taxation plus large du patrimoine) va dans le bon sens et devrait permettre de rééquilibrer la pression fiscale, tout en permettant de maintenir les rentrées fiscales et d’harmoniser notre fiscalité avec notre principal partenaire commercial : l’Allemagne. La réforme de la dépendance était également devenue urgente, notamment en raison de son coût de plus en plus élevé pour la collectivité et de la nécessité de prendre en charge cette difficile période de l’existence. Reste à trouver la meilleure formule et ce ne sera pas sans grincements de dents.

Pour le chef de l’Etat, la présidence du G8 et du G20 reste la priorité de l’année 2011. Avec l’appui du FMI, l’objectif est de réaliser des avancées significatives dans le domaine de la gouvernance mondiale, d’une réforme du système financier et d’une meilleure stabilité des monnaies. Ce qui devrait favoriser la croissance mondiale et permettre de trouver des moyens de financements destinés à venir en aide aux pays les plus pauvres. S’il veut pouvoir tirer partie de sa présidence du G20 au plan intérieur, encore faut-il que de véritables avancées soient opérées d’ici début 2012. Au vu des tensions grandissantes entre certains pays, notamment les USA et la Chine et les difficultés de l’Europe, les résultats sont loin d’être acquis.

Au final, l’essentiel pour les français n’est-il pas que l’actuel gouvernement Fillon soit opérationnel au plus vite et fasse preuve du plus grand professionnalisme pour aborder les terribles incertitudes que traversent notre pays et le reste du monde ? A cet égard, le gouvernement de François Fillon est un véritable gouvernement de combat. Les français attendent des résultats concrets rapidement et ils ne doivent pas être déçus. Le parti socialiste ne s’y est pas trompé : la course pour la présidentielle a bel et bien démarré.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :