Aveyron : la RN 88 à 2 x 2 voies démarre enfin !

Cette fois-ci, çà y est : les premiers de travaux de mise à deux fois deux voies de la RN 88 entre Carmaux et Rodez démarrent ! Voici bientôt prés de 30 ans qu’on l’annonçait aux aveyronnais, en vain…  Voilà enfin une bonne nouvelle : Rodez sera enfin reliée à Albi et Toulouse dés 2015. Et même si beaucoup d’interrogations subsistent encore sur l’autre partie, tout aussi importante du tronçon de la RN 88 permettant de relier Rodez à l’A75 à Séverac-le-Château, ne faisons pas la fine bouche. Considérons que c’est un début qui annonce la fin prochaine de l’enclavement autoroutier de l’Aveyron.

Le chantier se compose de deux tranches qui seront réalisés séparément. La première comprend deux sections qui seront menées conjointement. L’une dans le Tarn, située entre Carmaux-nord et Tanus (viaduc du Viaur), soit un peu moins de 8 km et l’autre en Aveyron, située entre la Baraque de St Jean, Naucelle et La Mothe au sud de Baraqueville, soit prés de 14 km. Les premiers coups de pioches ont eu lieu courant octobre 2010. Pour la portion aveyronnaise, les travaux de mise à 2 x 2 de la RN 88 débutent par la réalisation des ouvrages d’arts, au nombre de 7, dont deux échangeurs complets, l’un à la Baraque de Saint Jean et l’autre à Naucelle. Cette première phase des travaux est prévue pour s’achever en 2013, date de mise en service prévue entre Carmaux et La Mothe.

La deuxième tranche devrait démarrer en 2013. Ce dernier tronçon, long de 14,5 km consistera à relier La Mothe, contourner Baraqueville par l’ouest jusqu’aux Molinières (commune de Calmont) pour relier le tronçon en service au sud de Rodez. Les communes concernées sont Quins, Baraqueville, Moyrazés, Calmont et Luc. Ce tronçon comportera également deux échangeurs complets, l’un à Baraqueville, à hauteur de la RD 911, et l’autre aux Molinières, permettant de relier la RD 911 vers La Primaube et Millau (A 75).

Selon la direction régionale de l’environnement et de l’aménagement, maître d’ouvrage de cet important chantier autoroutier au nord-ouest de Midi-Pyrénées, Rodez devrait enfin être directement reliée à Toulouse via l’autoroute avant la fin de l’année 2015. Finalement, tout arrive à qui sait attendre, même si c’est avec retard. Cet aménagement majeur de la RN88 à 2 x 2 voies, réalisé dans le cadre du programme de modernisation des itinéraires (PDMI), est évalué à 215 millions d’euros. Il est financé à hauteur de 54% par l’Etat et de 23% par les deux collectivités territoriales, d’une part, le Conseil général de l’Aveyron et, d’autre part, le Conseil régional de Midi-Pyrénées.

Reste maintenant à régler les deux points noirs qui subsistent en Aveyron : d’une part, le retard pris dans la mise à 2 x 2 voies de la RN88 entre Rodez (Lioujas) et Lapanouse-de-Séverac (A75), soit un peu moins de 45 km afin d’assurer la continuité autoroutière avec l’A 75 et, d’autre part, l’avancement du grand contournement de Rodez (entre Luc au sud et Lioujas au nord, via l’aéroport de Rodez-Marcillac).

En effet, la liaison Rodez/Séverac-le-Château par la RN88, l’un des axes les plus fréquentés du département, est aujourd’hui totalement saturée ; elle constitue un goulot d’étranglement qui ralentit fortement le trafic dans la traversée du département. Cette portion centrale est essentielle car elle voit converger le trafic venu de Toulouse, à destination de Lyon et Clermont-ferrand, mais plus encore de Brive (A20), vers Montpellier et Béziers au sud (A75-A9). La DUP (déclaration d’utilité publique) expirant en 2012, il y a urgence à trouver les financements pour engager les travaux dans les meilleurs délais pour finaliser ce tronçon long de 40 km. Il va sans dire qu’un retard plus important ne peut que gravement nuire au développement économique de l’ensemble de l’Aveyron.

Le grand contournement de Rodez n’en est encore qu’à sa phase d’étude et le dossier ne semble guère avancer ces dernières années. Lorsque l’on connait les difficultés à circuler actuellement sur la rocade de Rodez (qui n’est autre qu’un boulevard urbain et donc sans échangeur), on voit mal comment elle pourra absorber une future RN 88 à 2 x 2 voies. Outre l’impossibilité technique de laisser transiter le trafic autoroutier au cœur de l’agglomération de Rodez, cette situation serait catastrophique pour l’ensemble de l’agglomération, notamment au regard des nuisances insupportables pour les riverains et l’ensemble des habitants. Le chantier du grand contournement de Rodez, entre Lioujas, l’Aéroport, Druelle et Luc doit être engagé dans les meilleurs délais, sous peine d’assister à une asphyxie de l’agglomération. On attend que les élus de la communauté d’agglomération du Grand Rodez se prononcent sur ce dossier sensible et urgent qui concerne directement le développement futur de l’agglomération et mettent tout en œuvre pour faire avancer le dossier. La DUP se fait toujours attendre !

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :