Retraites : qui manipule ? Qui prépare l’avenir ?

Les grèves et manifestations contre la réforme envisagée par le gouvernement pour assurer le financement des régimes de retraites se poursuivent en ce début d’automne, comme souvent dans ce pays. Une grande classique de la riposte des syndicats pourtant si peu représentatifs en France.

La plupart des gens sensés et responsables dans ce pays, à droite comme à gauche, reconnaissent la nécessite de cette réforme des retraites qui était  devenue indispensable pour assurer la pérennité du financement du régime. Dans ce contexte, le bras de fer engagé par les syndicats et certains partis de gauche apparaît d’autant plus surprenant que la réforme ne remet nullement en cause, ni le régime par répartition actuel, ni les régimes spéciaux très favorables mais coûteux chers aux syndicats ; qu’elle  ne se traduit ni par une augmentation des cotisations pour les salariés, ni par une diminution du montant des retraites versées.

Etrange réaction pour une petite réforme qui ne règle pas les problèmes de financement au-delà de 2018 ! Pour l’immense majorité des salariés, l’espérance de vie se situe aujourd’hui entre 25 ans et 30 ans après le départ en retraite (contre 10 à 15 ans seulement dans les années 1950). Qu’y a-t-il de choquant que l’âge légal soit porté de 60 à 62 ans, alors que celui-ci est généralement supérieur et va même jusqu’à 67 ans dans la plupart des pays de l’Union européenne ? Comprenne qui pourra la réaction de certains français !

Contre vents et marées, les opposants, sous la houlette des syndicats et partis de gauche, semblent persister à vouloir maintenir le bras de fer avec le gouvernement. Jusqu’à quand et dans quels buts ? En attendant, que ce soit du côté des chiffres officiels ou des syndicats, il est incontestable que la dernière grève et manifestation a marqué le pas, c’est le moins que l’on puisse dire. La réalité des chiffres se trouve probablement dans la moyenne des chiffres annoncés de part et d ‘autre. Si l’on tient compte que les partis de gauches ont fortement mobilisé, notamment auprès des collégiens, lycéens et des retraités pourtant peu concernés par cette réforme, il faut bien reconnaître que les syndicats ne ressortent pas en position de force. Moins de 5% des français dans la rue, c’est vraiment très peu.

De son côté, le gouvernement s’est jusqu’à maintenant montré peu ouvert au dialogue et aux ajustements, laissant une marge de négociation aux interlocuteurs sociaux plutôt réduite. De ce point de vue, on peut regretter la tentative de passage en force du gouvernement, contestable à bien des égards même si, au final, la réforme envisagée préserve l’essentiel pour les salariés. Reste maintenant à lui apporter des améliorations concernant les carrières longues, la pénibilité et les femmes qui jusqu’à ces dernières années avaient moins cotisé.

Dans ce contexte, face à une bien modeste réforme qui, il est vrai, ne règle pas durablement son financement, l’opposition a beau jeu de critiquer le gouvernement ; elle qui s’oppose à toute remise en cause des régimes spéciaux et de la retraite par répartition. Comment peut-on reprocher au gouvernement de ne pas avoir engagé une réforme de fond ? Une fois encore, la critique est facile surtout quand on n’est pas en mesure de proposer d’alternative crédible qui financerait durablement les retraites.

Dans quelques années, de gré ou de force, les français n’auront hélas d’autre choix que d’accepter une réforme bien moins favorable parce qu’ils n’ont pas voulu en payer le juste prix lorsqu’il le fallait. Hélas, ce sont les nouvelles générations qui vont trinquer pour les vieux qui n’ont finalement d’autre souci que de préserver leurs petits intérêts personnels plutôt que de préparer l’avenir de leurs enfants et petits-enfants.

Une fois encore : courage, fuyons… telle est la devise de certains français !

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :