Europe : privilégier au plus vite la réduction de la dette et des déficits publics tout en favorisant la croissance

Selon les estimations réalisées par l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE), l’endettement des principaux pays membres devrait connaître une forte augmentation en 2010.  Le tableau ci-après récapitule pour les principaux pays développés, les principales évolutions prévues au cours de l’année 2010.

Pays Dette totale en % PIB (Prévis 2010) Déficits publics en % PIB (Prévis 2010) Evolution de croissance PIB en 2010
1 Japon 197.20 % 8.2 % 1.9%
2 Islande 142.50 %
3 Grèce 123.30 % 12.4 % -0.9%
4 Italie 120.00 % 5.7 % 0.8%
5 Belgique 105.20 % 5.8 % 1%
6 Portugal 89.60 % 8.3 % -0.7%
7 France 89.00 % 8.1 %

1.5%

8 Etats-Unis 88.50 % 10.6 % 2.9%
9 Irlande 85.50 % 13.7 % 0.3%
Moyenne pays zone euro (estim. 2010) 84.00 % 7.1 % 1%
10 Royaume-Uni 84.40 % 12.1 % 1.3%
11 Allemagne 78.70 % 5 % 1.4%
12 Espagne 70.40 %

10.3 %

-0.5%
13 Canada 68.70 % 5.2 % 2.5%
14 Pologne 53.10 % 4.8%

1.4%

Objectifs fixés par pacte stabilité UE 60 % 3 %

Le tableau ci-dessus met en évidence les fragilités de certains Etats, notamment de la zone euro, au regard de l’augmentation de la dette publique et des déficits publics depuis 2009.

Pour autant, certains pays lourdement endettés, tels le Japon et l’Italie, et dans un moindre degrès, la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni, restent pourtant moins exposés en raison de la relative qualité de leur dette souveraine (qualité de la signature du pays, dette détenue principalement par les ménages… leur assurant une note maximale : AAA). L’exposition de ces pays pourrait cependant augmenter à défaut de maitrise des déficits publics et d’un taux de croissance annuel inférieur à 2% pour 2011 et 2012. Ce qui, à juste titre, serait lourdement sanctionné par les agences de notation.

A l’inverse, des pays plus  modérément endettés, tels l’Espagne et le Portugal, sont actuellement plus exposés à la spéculation en raison de l’explosion de leur déficit public en 2010 et d’une croissance négative pour les années à venir. D’où une dégradation de leur dette souveraine par les agences de notations qui redoutent une rapide augmentation de leur dette.

Le tableau met en évidence les risques importants (forte augmentation de la dette et des déficits publics, croissance négative…) sur les pays tels la Grèce et l’Irlande, clairement au bord de la faillite.

Dans ce contexte, on comprend mieux l’ampleur du plan de sauvetage de 750 milliards d’euros mis en place dans la zone euro, à l’initiative de la France. Mais on peut craindre que cela ne suffise pas à éteindre l’incendie allumé par la Grèce. La situation financière (dette et déficits publics) de ce pays est telle que, sans perspective réelle de croissance, il lui sera très difficile de rétablir les équilibres financiers, même à long terme, sans une aide massive des autres pays de l’Union européenne.

Les économies de la zone euro ne sortiront de cette importante crise que par une politique rigoureuse de maitrise des dépenses publiques, la mise en place d’une véritable gouvernance économique européenne, l’instauration d’un budget européen conséquent, l’harmonisation au plus vite des règles fiscales et sociales, et plus généralement l’existence en son sein d’une véritable zone économique ouverte, soutenue par la croissance interne.

Ce qui veut dire que la zone euro, tout le moins, devra évoluer très rapidement et les Etats qui la composent abandonner une partie de leur souveraineté. Le monde a changé ! Afin de poursuivre son développement, la zone euro doit aller de l’avant et favoriser du mieux possible la convergence des politiques économiques, financières, sociales et fiscales des Etats qui la compose.

C’est le prix à payer pour maintenir notre niveau de développement et la stabilité de l’Europe. Il n’y a pas d’autres alternatives raisonnables.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :