Chine : le nouvel impérialisme (3)

La Chine est aujourd’hui le premier pollueur de la planète

Pays parmi les plus pollués de la planète, aujourd’hui en voie de désertification avancée (manque d’eau, avancée constante du désert, tempêtes de sable fréquentes, superficies agricoles en régression, …), la Chine est à court terme directement menacée par le réchauffement climatique. Chaque année, d’importantes populations doivent quitter leurs terres devenues arides pour des régions moins hostiles et plusieurs centaines de milliers de personnes meurent des effets de la pollution.

C’est la raison pour laquelle, plus que tout autre pays, la Chine ne peut aujourd’hui s’exonérer d’une véritable politique de réduction des rejets de CO2 et de respect de l’environnement. Même si elle fait d’importants efforts dans les domaines de l’énergie éolienne et solaire, vu l’urgence climatique et ses besoins colossaux en énergie, les chinois ne peuvent aujourd’hui prétendre développer égoïstement leur économie au détriment de leur propre population et de la planète toute entière. Devenue le principal émetteur de CO2 au monde, devant les USA, la Chine, du fait de ses réserves financières générées par l’important excédent commercial, met en péril l’équilibre de l’économie mondiale et l’avenir de la planète. Pourquoi une telle attitude suicidaire alors qu’elle a les moyens financiers et industriels de se développer, tout en réduisant son empreinte environnementale ?

Par son refus de règles contraignantes et la création d’une instance internationale de contrôle de la pollution, la Chine fait figure de principal responsable de l’échec de la conférence de Copenhague de décembre 2009. Une occasion manquée alors qu’elle avait l’opportunité d’apparaître comme une grande nation responsable, notamment à l’égard des pays les plus pauvres directement menacés par le changement climatique. Ce repli sur soi est d’autant plus irresponsable qu’elle avait l’occasion de montrer sa confiance en la capacité de son économie à s’adapter et à se développer proprement. Malheureusement pour la planète, la Chine a fait le choix de la facilité et de la fuite en avant pour accentuer encore sa course au développement et tenter de s’imposer face aux grands pays développés. Il s’agit là d’un jeu extrêmement dangereux pour la Chine qui, en déstabilisant le monde, risque de générer un tsunami d’une intensité telle qu’elle aura mal à s’en remettre.

Plutôt que de vouloir apparaître plus gros que le bœuf et de se sentir obligé de montrer sa force, le gouvernement communiste chinois serait mieux inspiré de s’inquiéter du bien-être de son peuple, largement laissé pour compte et majoritairement à l’écart des richesses, sans qui la croissance et le développement ne peuvent se faire durablement. Le pillage économique sous toutes ses formes et la fuite en avant ne peuvent permettre d’assoir durablement l’économie d’un pays, quel qu’il soit. Après une croissance exponentielle, favorisée par le non respect des règles économiques et démocratiques dont elle s’est exonérée, la Chine ne risque-t-elle pas de retomber directement dans le féodalisme et le misérabilisme ?

Et si le réveil brutal et les excès d’une Chine impérialiste conduisaient le pays à l’implosion pure et simple, entraînant avec elle le monde entier dans une profonde dépression ?

Plus d’informations :  Aujourd’hui La ChineTibet Info –  GooglePollution en Chine

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :