France : la vaccination reste la meilleure réponse à la grippe A H1N1

La pandémie de grippe A H1N1  semble s’accélérer en France et en Europe en général. Rodez et l’Aveyron n’y échappent pas. Ici, comme ailleurs, tous les clignotants sont semble-t-il à l’orange.

L’Institut de veille sanitaire (InVS) a recensé 22 nouveaux décès la semaine du 16 au 22 novembre, soit 74 décès à ce jour alors que le rythme était antérieurement de 8 à 10 morts par semaine. Prés de 730.000 consultations pour grippe A ont été enregistrées dans le même temps, soit une augmentation de prés de 72 % en une semaine. À cela s’ajoutent les risques de mutation du virus et la vague de froid qui pourrait souffler sur la France dans les prochains jours.

Selon l’agence Reuters, deux cas mortels de mutation du virus de la grippe A H1N1, similaire à celle survenue en Norvège, ont été signalés vendredi en France. Ce phénomène de mutation a été observé sur deux patients décédés, sans relation entre eux et « hospitalisés dans des villes différentes ».  L’InVS ajoute que cela ne remet pas en cause l’efficacité des vaccins actuellement disponibles. Selon certains spécialistes, rien ne permettrait d’affirmer que cette mutation soit à l’origine du décès de ces patients.

L’InVS a indiqué qu’il s’agissait « d’une mutation récemment signalée en Norvège » qui « pourrait augmenter les capacités du virus à atteindre les voies respiratoires basses et notamment à atteindre le tissu pulmonaire ». Selon cet organisme, l’impact de ces mutations sur la virulence et la capacité de diffusion des virus va faire l’objet d’investigations complémentaires à l’échelon français et international.

Dans ce contexte, le gouvernement français a appelé le monde de la santé, y compris les étudiants et les retraités, à se mobiliser pour mener à bien la campagne de vaccination contre le virus, qui progresse. La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a réitéré vendredi son appel au civisme, invitant les Français à respecter l’ordre de priorité défini par le gouvernement pour permettre aux plus fragiles de se faire vacciner dans de bonnes conditions. Parallèlement, pour répondre à la demande, le nombre de centres de vaccination devrait être augmenté sensiblement dans les prochains jours. En France, plus de 750.000 personnes se sont fait vacciner à mi-novembre.

Face aux réelles menaces que représente le virus H1N1, qui devrait sévir tout l’hiver 2010, et aux risques de mutations qui ne manqueraient pas d’aggraver ses effets, point n’est besoin d’être un grand spécialiste des maladies contagieuses pour recommander au plus grand nombre de personnes de se faire vacciner au plus tôt, à commencer par les enfants de moins de 12 ans. Il ne fait aucun doute qu’en cas de pandémie et ou de mutation, les personnes vaccinées seront mieux protégées.

Le vaccin n’étant pleinement efficace qu’après un délai de 3 semaines après la vaccination, il n’y a pas de temps à perdre, dés réception du bon de vaccination

Plus d’infos : Pandémie grippaleInstitut de Veille SanitaireMinistère de la santé

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :