Rodez : 18 mois d’immobilisme pour Teyssedre

En ce début septembre 2009, M. Teyssedre, le maire de Rodez, a repris ses bonnes habitudes en se livrant à une série d’attaques tous azimuts dans la presse locale. On reconnaît là une technique bien huilée chez ce dernier qui consiste à attaquer dés que les choses lui échappent. Pourquoi tant de nervosité ? Sentirait-il poindre quelques mécontentements de ruthénois lassés de ne rien voir venir ? Combien de temps va-t-il accuser les autres d’être responsable de son incapacité à faire aboutir les dossiers de la ville ? Jusqu’où va-t-il aller pour s’attribuer des résultats dont il n’est en rien responsable et laisser croire que tout va bien à Rodez depuis qu’il est arrivé à la mairie ?

Un piètre bilan, peu rassurant pour l’avenir

La plupart des grands dossiers structurants portés par l’ancienne municipalité sont aujourd’hui embourbés (prison, maison emploi-formation, Combarel, …) ou carrément stoppés (Cité cœur de ville, place Foch, aménagements urbains…). Aucune opération sérieuse n’a été engagée en ce qui concerne le développement durable, la politique des transports urbains et le désengorgement du trafic automobile (carrefours Saint Eloi, St Cyrice ou Calcomier). Le projet de réaménagement de la Place d’Armes qui ne revêt aucune priorité fait pour sa part l’objet d’un fort mécontentement des automobilistes, comme des piétons. Quand au dossier phare porté par l’agglomération de création du musée Soulages, s’il a finalement été validé par l’agglomération après d’interminables discussions, de l’avis même de M. Teyssedre, les choses seraient loin d’être acquises. Pour preuve, il va jusqu’à menacer de ne pas signer le permis de construire. Une forme de chantage plutôt malvenu de la part d’un élu qui augure mal de ce dossier, comme de bien d’autres.

18 mois après son arrivée à la tête de la municipalité socialiste, objectivement, le bilan est franchement négatif. L’inaction et le manque de vision de la nouvelle équipe est d’autant plus surprenant qu’elle disposait dans les cartons de nombreux projets cohérents, patiemment construits, qu’elle s’est avérée incapable de reprendre à son compte. En cette période de grave crise économique, l’immobilisme de la municipalité est dramatique. On est légitimement en droit de s’interroger sur ses capacités à développer l’attractivité et le dynamisme de la ville. Ce n’est certainement pas par le conflit et les déclarations polémiques que les choses vont avancer !

La tactique Teyssedre : attaquer pour cacher ses propres faiblesses

M. Teyssedre n’hésite pas à déclarer qu’il n’a pas de leçons à recevoir de ceux qui augmentent les impôts (sans préciser lesquels d’ailleurs). Il accuse le Conseil général d’avoir augmenté le taux d’imposition de 4.50% (7.41% en prenant en compte l’augmentation des bases par l’Etat)… oubliant au passage l’augmentation de 2.8% (5.41% avec la revalorisation des bases) de son ami M. Malvy à la Région Midi-Pyrénées. Par contre, il rappelle que la ville de Rodez, depuis son arrivée, a baissé le taux de la taxe d’habitation de 1%. Voilà une comparaison purement fantaisiste qui résulte d’une lecture erronée des données fiscales pour deux raisons :

  • la baisse de la taxe d’habitation à Rodez est largement neutralisée par la décision de son conseil municipal de supprimer l’abattement général à la base de 15% pour tous les foyers qui constituait une atténuation importante de la base d’imposition. Même si quelques abattements spécifiques ont été prévus (handicapés, familles avec enfants), il n’en reste pas moins que pour la majorité des foyers ruthénois, la combinaison de la suppression de cet abattement avec la modeste baisse du taux d’imposition de 1%, se traduira dés 2009 par une augmentation nette de la cotisation de l’ordre de 2%. Nous sommes là bien loin de la baisse d’impôts locaux annoncée avec fanfare par le maire. Cette habile manipulation ne saurait passer inaperçue des contribuables ruthénois pour qui l’important n’est pas le taux de l’impôt, mais bien le montant de la cotisation à payer ! Il eut été plus honnête, à vouloir supprimer cet abattement, de réduire à due concurrence le taux d’imposition. Dans ce cas seulement, il y aurait eu une baisse significative du taux d’imposition et de la cotisation de l’ordre de 3% l’an.
  • outre cette hausse de la valeur locative due à la suppression de l’abattement général à la base, la revalorisation annuelle des bases d’imposition de l’ordre de 2.80%, viendra majorer la cotisation qui devrait se traduire par une augmentation nette de la cotisation supérieure à 4% par an pour bon nombre de contribuables.

Il ya aura donc bien une hausse de la cotisation nette de la plupart des foyers imposables à la taxe d’habitation en 2009. Comment peut-on donner des leçons en matière de fiscalité locale lorsque sa propre collectivité augmente subrepticement la taxe d’habitation, sans aucun motif sérieux et en contradiction avec les engagements pris ?

Autre satisfecit, autre affirmation gratuite de M. Teyssedre dans la presse ! Il n’hésite pas à s’attribuer personnellement la paternité d’une augmentation de plusieurs dizaines d’élèves du primaire lors de la rentrée 2009 alors que la ville aurait perdu plusieurs milliers d’élèves depuis 1985. Ce dernier n’hésite pas à en conclure que cette évolution est la conséquence de sa politique scolaire depuis 18 mois. Là vraiment, il est très fort mais la ficelle est un peu grosse ! S’il en est réduit à tenter de s’arroger le bénéfice d’une augmentation dont il n’est en rien responsable, c’est qu’il n’y a pas grand-chose à l’actif de la municipalité.

Dans un autre registre, M. Teyssedre soutient qu’il serait lui-même à l’origine du récent accord intervenu entre l’Etat, la Région et le Conseil général de l’Aveyron sur l’aménagement de la RN88 entre Tanus et Rodez. Pourtant, chacun sait que le maire de Rodez n’a aucune responsabilité dans ce dossier et que s’il a été débloqué, c’est d’abord grâce aux diverses interventions au plus haut de l’Etat de Jean-Claude Luche, président du Conseil général. Si polémique il y a dans ce dossier, c’est bien du côté du maire de Rodez qu’il faut chercher. En tant qu’élu de l’agglomération de Rodez, il serait mieux inspiré de se préoccuper de l’avancement du grand contournement de Rodez qui n’est nullement concerné par les travaux prévus pour la RN88. Va-t-il laisser passer les flots de camions et voitures au cœur de l’agglomération de Rodez ?

Ces attaques apparaissent d’autant moins fondées que le Conseil général n’a jamais autant collaboré avec Rodez et son agglomération que depuis 2008 et il n’a échappé à personne que le nouveau président fait montre de la plus grande ouverture et d’un esprit républicain incontestable. Tout le monde ne pas en dire autant, notamment à Rodez.

La méthode Teyssedre : la stratégie de la diversion et de l’enfumage

Quelle peut-être la crédibilité d’un maire qui se comporte avec aussi peu de respect vis-à-vis des services de l’Etat et du Conseil général ? Comment peut-on croire que le règlement des dossiers sera facilité par des attaques incessantes et non fondées ? Avec de telles méthodes, le maire de Rodez détruit peu à peu la crédibilité de la ville et démontre son incapacité à régler les dossiers essentiels au développement de la ville. Est-ce la bonne manière pour développer l’attractivité de la ville ?

Faire aboutir certains dossiers municipaux demande parfois de très longues années de patience, de discussions et d’échanges démocratiques permanents. Rien ne se fait sur un simple claquement de doigts ! Un maire n’a pas tous les pouvoirs, ni tous les droits. Il doit savoir composer et, parfois même, savoir fermer sa gueule et avaler des couleuvres pour qu’un dossier aboutisse enfin. Etre un élu responsable est une tache souvent ingrate et le contraire d’un long fleuve tranquille !

La stratégie d’enfumage de M. Teyssedre, si elle peut masquer les insuffisances quelques temps, ne saurait durablement cacher la réalité d’une gestion municipale calamiteuse. A défaut de pouvoir faire aboutir les dossiers importants pour l’avenir de Rodez, il ne pourra fuir indéfiniment ses responsabilités en accusant les autres de ses propres échecs. L’heure de vérité approche.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :