Taxe carbone : pourquoi la France doit l’imposer dés 2010

Suite à la présentation des conclusions de la « Conférence des experts » présidée par Michel Rocard, fin juillet 2009, le journal Libération titrait, non sans une certaine provocation : « Une nouvelle taxe de 300 € par an pour la plupart des ménages  qui pourrait aussi englober l’électricité ». Dans le genre : « encore une taxe qui va durement frapper les plus modestes »… histoire probablement de relayer le grand public et s’attirer quelques lecteurs, on ne fait pas mieux. Attristant !

Voici pourtant plus de 10 ans déjà que la Suède, réputée être un pays social et très sensible à la préservation de l’environnement, a instaurée une taxe carbone à l’encontre de tout un chacun. Quoi de plus normal, en effet, que cette Contribution Climat-Energie (CCE). Nous savons depuis longtemps que la pollution générée par les énergies fossiles, à commencer par les automobiles, est à l’origine du changement climatique en cours dont on voit chaque jour les effets néfastes pour l’avenir de l’humanité.

En 2009, peut-on encore continuer à fermer les yeux et ne rien faire ? Au contraire, il y a urgence à agir pour pénaliser l’utilisation des énergies fossiles, tant au niveau des entreprises que des particuliers. Car, il faut bien l’avouer, à des degrés divers, les pays développés ont un haut niveau de responsabilité dans l’augmentation du CO2 et le processus de changement climatique en cours.

Le Grenelle de l’environnement avait unanimement acté la nécessité de la mise en place d’une contribution climat-énergie. Celle-ci avait été confirmée par Nicolas Sarkozy lors de la présidence française de l’Union Européenne, marquant ainsi la volonté de l’Europe de s’engager dans une véritable politique environnementale.

Dans cet esprit, il faut saluer le travail et les conclusions de la commission présidée par Michel Rocard qui a le courage de faire un constat sans appel de la situation et proposer un certain nombre de mesures, susceptibles de modifier à court terme, le comportement de chacun. Reste au gouvernement à trouver le bon dosage tarifaire, préciser les énergies visées et la répartition entre les entreprises et les particuliers, sans oublier les moyens d’atténuer le coût pour les plus modestes.

Sachant que pour être efficace et jouer pleinement son rôle visant à décourager l’utilisation d’énergies fossiles, cette contribution doit avoir un coût pour chacun. C’est le prix à payer pour limiter les effets du changement climatique et préparer le monde de demain, qui sera nécessairement très différent de celui d’aujourd’hui.

On ne peut que se réjouir de cette décision française qui ne manquera pas d’entraîner dans son sillage l’Europe et la plupart des pays développés. Sauvons notre planète tant qu’il en est encore temps, quitte à déplaire à quelques esprits étroits et repliés sur eux-mêmes !

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :